> News > Thin Lizzy > Warning  
> Paradis   > Live  
> Zoom rock > Procès > Liens  
> FOGHAT

Un des plus grands groupes de " Boogie Hard-Rock " américain est………… anglais.

Il faut dire que Lonesome Dave Peverett (chant guitare), Roger Earl (Batterie), Tony stevens (Basse) trois transfuges du groupe de Blues-Rock anglais " Savoy Brown ", accompagnés de Rod Price (le bootleneck humain) n’ont pas ménagé leur peine. Après deux uniques dates de rodage sur le sol anglais en 1972 le groupe s’en va sillonner sans relâche les États-Unis (plusieurs centaines de dates) durant toutes les 70’s.

La musique de Foghat prend son inspiration dans les standards du Blues et du Rock U.S. si le groupe ne rechigne pas à la reprise " I just want to make love to you ", " sweet Home Chicago " ou encore " Maybelline ", le style de Foghat se définit avant tout dans un savant amalgame alternant des moments de pure finesse et les instants de totale incandescence.

Dans sa grande période (jusqu’en 1980) Foghat a pu devenir un " grand " de la scène américaine, en s’appuyant sur des musiciens hors-paire (la section rythmique quel que soit le bassiste est LE modèle du genre), sur des solos de slide explosifs et sur l’authenticité de son chanteur. Cette flamme ne résistera malheureusement pas aux " remaniements de personnels " comme aux sirènes " F.Misantes " des 80’s.

Le Come-Back réussi du " Foghat original " dans son style de prédilection au milieu des 90’s, se verra malheureusement interrompu par la mort de Lonesome Dave en 2000.

FOGHAT 1972

Une production qui défavorise le groupe : l’aspect " soft " est trop mis en avant, la voix est passée à la moulinette de la distorsion et les guitares sont sous-mixées. Malgré cela le disque tient la route car les compositions arrêtent le style Foghat (toutes les intros sont de véritables moments de bonheur). En priorité la reprise " I just want to " morceau phare du set Live du groupe. 7/10

FOGHAT 1973 (rock n roll)

Manifestement le manager du groupe n’est pas un pro du marketing… l’album porte le même nom que son prédécesseur. Question production, les guitares sont enfin mises en avant. Le " son " Foghat est en train de se construire. Les compositions ont un peu moins de relief que sur le premier album. En priorité le morceau " Road Fever ".

ROCK N ROLL OUTLAWS 1974

Comme son nom l’indique un album de Rock’n’roll. Foghat fait dans la simplicité. Le mariage Riff/ Rythmique est bien rodé, la voix de Lonesome Dave est de plus en plus Live, les solos s’électrisent en harmoniques artificielles en glissandos ou en " bend " sauvages. En priorité : " Eight days on the road " qui raconte bien le quotidien du groupe qui tourne 8 jours par semaine. " Dreamer " un magnifique morceau de soft-rock.

ENERGIZED 1974

Le disque commence par un " Honey Hush " endiablé (une reprise ayant inspiré ou s’inspirant du fameux " Train kept a rollin’ " ?) qui donne une bonne image de ce que peut faire le groupe quand il déroule… Si le son semble bien " energisé ", en ce qui concerne les compositions ont peut quelque peu rester sur sa fin… le groupe semble un peu tourner en rond (3 reprises et 5 compositions).

FOOL FOR THE CITY 1975

Premier changement de Line-up, Tony Stevens est remplacé à la basse par Nick Jameson … Ce dernier qui s’occupe habituellement de la production est loin d’être un manchot une basse à la main, son jeu est un peu plus funk. Le groupe gagne en maturité pour ce cinquième album en l’espace de trois ans, on est loin des rythmes adoptés par l’industrie du disque aujourd’hui. En priorité le classique " Slow Ride ".

NIGHT SHIFT 1976

Au revoir Jameson… Graig MacGregor arrive, encore une vraie brute de la quatre cordes. Foghat est un place : gros son, gros riffs un album carré. Du Boogie-Rock bien chaud en priorité " Drivin’ wheel " et " Night Shift ", le meilleur des six premiers albums.

LIVE 77

Attention Chef d’œuvre !!! du slide qui allume des incendies sur tous les morceaux. Le Live transcende les compositions pour leur donner une autre dimension. On est plus dans le solide on est dans l’explosif. Le groupe tourne sans relâche depuis cinq ans, on est à l’époque des tournées américaines qui se tiennent dans des stades pleins à craquer et ça s’entend. Foghat est dans la cours des grands. Rien à jeter.

STONE BLUE 1978

Enchaîner après le Live n’était pas chose facile. Le groupe relève le pari et l’emporte haut la main. Un des meilleurs albums du genre " Boogie-Hard ". Des compositions à la production (Eddie Kramer est aux manettes) en passant par les arrangements tout est inspiré. Dans l’explosif " Sweet Homme Chicago ", "Easy Money" ou dans la ballade qui s’emballe " Midnight Madness " Foghat est à son apogée. Rien à jeter.

BOOGIE MOTEL 1979

Cet album est le dernier de la " grande époque " du groupe. Le son est un peu moins puissant, le disque un peu moins varié… Le groupe tourne de moins en moins, il est historiquement assez proche de l’implosion. Cet album est cependant tout à fait " recommandable ".

TIGHT SHOES 1980

Rod Price a quitté le navire (ne voulant pas participer à cette mascarade), il est remplacé par Erik Cartwright pour un virage à 180°. Foghat groupe de " Pop insipide pour radio F.M" !!!! On croit faire un cauchemar… Le pauvre Lonesome Dave ne sait plus où placer sa voix et imagine faire du " Rock New-Wave "… Pauvre de nous.

GIRL TO CHAT AND BOYS TO BOUNCE 1981

Le groupe s’enfonce un peu plus. Foghat faisant du " sous " Elvis Costello !!! No comment.

IN THE MOOD FOR SOMETHING RUDE 1982

Un album de reprise de face B Rythme & Blues à la mode 80’s pour enfoncer le clou … les fans ont lâché prise depuis longtemps.

ZIG ZAG WALK 1983

En trois ans et quatre albums le nouveau Foghat quitte la scène par la petite porte. Les errements musicaux de Lonesome Dave continuent et tout le monde s’en fout y compris les musiciens. (Tiens je me suis toujours demandé ce que Roger Earl, fidèle jusqu’au bout, faisait dans cette galère).

 RETURN OF THE BOOGIE MAN 1994

Comme son nom l’indique retour aux sources pour Foghat et son Line-up original. De nouvelles compos dans l’esprit classique plus des reprises de standards du groupe version acoustique… Rod Price sait toujours manier le slide… la section Rythmique pulse le ternaire avec la même énergie. Lonesome Dave est de retour.

Pour ceux qui veulent enfin voir le groupe qui n’a jamais quitté le sol américain cette résurrection est visible sur un DVD qui présente le groupe sur scène durant cette période " Foghat Live two centuries of Boogie ". Rode Price a doublé de volume, mais la magie est belle et bien là.

ROAD CASE LIVE 1996

Un double Live digne successeur du Live de 77. Foghat met le feu et revisite ses standards comme certains morceaux de " Stone Blue ". En bonus deux inédits studio. Jouissif.

FAMILY JOULES 2003

Aujourd’hui Lonesome dave est au paradis du Boogie et Rod Price est parti avec son slide pour de nouvelles aventures solo. la section rythmique du groupe accompagnée par Bryan Basset (ex-guitariste de Molly Hatchet) et Charlie Huhn (ex-guitariste chanteur de Ted Nugent) vient de sortir un disque sous l’appellation " Foghat ". Du gros Rock U.S tout à fait écoutable mais est-ce vraiment du Foghat ?