> News > Thin Lizzy > Warning  
> Paradis   > Live  
> Zoom rock > Procès > Liens  
> SKYCLAD - IRRATIONAL ANTHEMS

Sabbat terminé, Martin Walkyier fonde SKYCLAD, à l’origine sorte de mix entre le folk sauce irlandaise et le trash. Irrational Anthems est d’une certaine façon un sommet discographique pour ce groupe, fusion parfaite entre les influences citées plus haut.

La couleur d’ensemble en est donc assez particulière : on passe d’ambiances dignes de tavernes dublinoises – guiness et fumée (quoique plus maintenant parait il) à volonté sous couvert de chants collectifs et festifs, dominées par le violon de Miss George Biddle et par le chant forme « whisky in the jar » de Martin, saupoudrées d’une assise rythmique – guitare, basse et batterie - à des espaces plus communs rappelant que Skyclad trouve autant d’inspiration dans le trash ou le hard rock que dans les musiques plus traditionnelles.

Notons toutefois – et c’est ici que ce disque penche plus du côté folk – que le violon de Miss George joue vraiment en lieu et place d’une lead guitare, quasi absente durant tout l’album.

Ainsi, des titres comme « inequality street »ou encore « Penny dreadfull » regorgent de cette couleur conviviale qui nous donne l’irrésistible envie de chanter à tue-tête et bien sur plus fort que la hi-fi de salon !

A l’inverse, sans renier ce penchant des vertes prairies irlandaise, « the wrong song » ou encore « my mother in darkness » tiennent bien plus du trash que du folk, même si – ici encore – le violon tient le haut du pavé.

Plusieurs instrumentaux de courte durée émaillent l’album : d’inspirations classique ou traditionnelle, ils mettent en avant là encore le violon de Miss George sur des trames diverses, mais tout à fait agréables et ne perturbent en rien ce disque d’une grande unité. L’adaptation de « la danse du sabre » (Khatchatourian) - ou pour une fois la guitare semble avoir autant d’importance que le violon – est particulièrement réussie.

Enfin, les deux derniers titres « history lessons » et surtout « quantity time » (ballade dans laquelle une fois la guitare prend le dessus) clôturent de fort belle façon un disque particulièrement riche et intéressant, une des grandes réussites de l’étonnant parcours discographique de Skyclad

A consommer sans aucune modération, et plus encore !

Martin Walkyier – chant

George Biddle – violon + claviers

Steve Ramsey – guitare + claviers

Graeme English – basse + claviers

Paul Smith - batterie